Les Impacts Environnementaux de ChatGPT : Une Analyse Approfondie

Soutenez Informez-vous.com et partagez cet article sur vos réseaux sociaux !
Temps de lecture : 3 minutes
Cliquez-ici pour écouter Julie vous lire cet article !

IA et Environnement : Les Ombres Cachées

La Face Cachée de l’Impact Climatique des Intelligences Artificielles

L’impact environnemental des nouvelles intelligences artificielles (IA) reste souvent dans l’ombre, mais il ne faut pas négliger la réalité derrière ces technologies.
Une révélation essentielle est à l’ordre du jour.

Depuis l’émergence de ChatGPT, le robot conversationnel développé par OpenAI, les intelligences artificielles « génératives » ont gagné en popularité, présentées comme une révolution aussi majeure qu’Internet.
Pourtant, la question des ressources nécessaires à leur fonctionnement est rarement abordée.

OpenAI, entreprise américaine en pointe dans ce domaine, promeut son rôle dans la « construction de l’avenir technologique » tout en prônant un examen attentif de son impact environnemental.
Pourtant, des détails concrets sur cet impact restent introuvables.
Les réponses se font rares, que ce soit auprès d’OpenAI ou même de ChatGPT lui-même, qui esquive la question.

L’IA et l’Énigme Environnementale

Un responsable d’OpenAI évoque le passage à une énergie renouvelable d’ici 2025, mais les détails demeurent flous.
Sasha Luccioni, experte climatique chez Hugging Face, une plateforme de développement d’IA,pointe le manque de transparence concernant la localisation des serveurs, la consommation d’eau pour les refroidir, la taille des modèles d’IA, et les composants matériels des machines.

Des études indépendantes soulignent l’impact considérable de l’IA sur l’environnement.
Entraîner un modèle d’IA équivaudrait aux émissions de cinq voitures sur toute leur durée de vie.

Une étude universitaire estime que l’entraînement de la troisième version de ChatGPT a généré 552 tonnes d’équivalent CO2, soit plus de 205 vols aller-retour entre Paris et New York.
À cela s’ajoute l’utilisation quotidienne, équivalente à 23,04 kg de CO2 par jour.

Les Data Centers et l’Impact Environnemental

Les data centers, essentiels pour le traitement de l’information en ligne, sont déjà responsables d’environ 1 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
Avec l’essor des IA génératives, leur impact devrait décupler, représentant jusqu’à 14 % des émissions d’ici 2040.

La consommation d’eau est un autre facteur préoccupant.
Une étude récente révèle que 700 000 litres d’eau douce ont été utilisés pour l’entraînement de la troisième version de ChatGPT, en plus de 500 ml d’eau par interaction avec l’IA.
Une petite bouteille d’eau est ainsi consommée lors de chaque conversation avec le robot, une réalité alarmante avec ses 60 millions d’utilisateurs quotidiens.

La Voie à Suivre

Face à cette problématique grandissante, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à vouloir déployer leurs propres IA génératives, sans tenir compte de l’impact environnemental.
Sasha Luccioni insiste sur la nécessité d’exiger la transparence des entreprises et d’agir en conséquence, plutôt que de laisser aux individus la responsabilité de ces choix.

La question demeure : quelle est la meilleure voie à suivre ?
Faut-il opter pour des IA génératives toujours actives, malgré leurs importantes répercussions environnementales, ou privilégier des moteurs de recherche classiques avec des réponses listées ?

Le débat sur l’intelligence artificielle et l’environnement est bel et bien lancé.

Photo : https://fr.freepik.com/auteur/rawpixel-com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact Us

error: Content is protected !!